emplois saisonnier
Publié le - 3130 aff. -

La vie d'un saisonnier

Etre saisonnier, c'est supporter une vie qui n'est pas du tout repos, compte tenu de la forte activité enregistrée pendant une période de temps limité suivant les productions. Il arrive que les saisonniers travaillent durement pendant une partie de l'année pour se retrouver sans travail pendant plusieurs mois après.

Généralement, le travail est compté pour six jours par semaine. Les repos hebdomadaires peuvent être suspendus dans certains cas, mais ne sont autorisés pour plus de deux fois dans le mois.
Bien entendu, la rémunération doit apparaître clairement sur le contrat de travail pour pouvoir prétendre aux allocations chômage, à l'assurance et sur les cotisations de retraite. Cependant, le salaire de tous les saisonniers ne peut être inférieur au smic et sera calculé sur la base de 35 heures ouvrables hebdomadaires. Les charges sociales calculées entre 20 et 25% du salaire brut seront déduits automatiquement avant la paie.


En France, les saisonniers âgés de moins de 17 ans peuvent ne percevoir que 80 % du smic et 90 % pour les 17-18 ans. Le temps de travail est limité à 48 heures sur une semaine.


La journée de travail ne dépassera pas de dix heures à l'exception du secteur hôtellerie et restauration autorisé à douze heures de travail par jour. Au-delà des heures de travail régis par la loi, il faudra majorer de 25% les huit premières heures supplémentaires. Comme les autres employés, les saisonniers peuvent également jouir de vingt minutes de pause toutes les six heures. Les saisonniers mineurs auront également trente minutes de pause après 4.30 heures de travail continu.
Durant l'été, le travail saisonnier ne manque pas et il est tentant pour un patron de demander à ses saisonniers de faire des heures supplémentaires, parfois non déclarées.


Certains employeurs font travailler au noir en déclarant son salarié à temps partiel et en régularisant les heures supplémentaires en liquide. Ces arrangements frauduleux permettent d'économiser les charges sociales au détriment du saisonnier, qui ne pourra pas prévaloir ses droits, comme il se doit.
Par conséquent, en attendant la prochaine saison de production, ces travailleurs ne subsistent qu'avec les prestations d'assurance-emploi. Pour éviter ces problèmes engendrés par les travaux saisonniers, la fédération compte apporter des changements. Mais tout compte fait, on se demande si cette assistance serait nécessaire.

Les pêcheurs de homards travaillent annuellement pendant dix semaines, Ils se lèvent très tôt le matin pour pouvoir commencer leur travail à l'aube au large sur les bateaux. Jusqu'à midi, ils auront à hisser plusieurs centaines de cage de homards pesant chacune une cinquantaine de kilos. Ils reviennent ensuite au quai au milieu de l'après midi pour préparer les appâts nécessaires pour le lendemain. Ils retourneront chez eux complètement fatigués pour récupérer un peu de force.

Pour ces pêcheurs, durant la période de pêche annuelle, leur vie se résumera juste entre le quai et le bateau. Pourtant ils s'y plaisent. Durant ces dix semaines de travail intense et quelques autres semaines pour l'entretien et la maintenance des équipements, la passion du métier se révèle. Pourtant, les neuf mois qui vont arriver seront chômés pour eux et ils ne pourront compter que sur les prestations d'assurance-emploi pour vivre. Mais personne ne se plaint en attendant que la belle saison revienne.